Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

Pensée sauvage, pensée apprivoisée de Wilfred R. Bion

J’ai récemment pris l’habitude facile de me déresponsabiliser de mes sales pensées en me disant que ce ne sont pas les miennes. Voilà ce que c’est que d’avoir trop lu Bion à l’arrache. On croit comprendre des trucs alors que ces mecs-là ne veulent pourtant qu’une chose, rester les plus obscurs possibles ; on croit s’emparer d’un petit truc au passage et on se dit que ça va nous aider à survivre avec toute cette merde qui croupit depuis des décennies au fond du crâne, et on s’étonne qu’il faille bientôt appeler le plombier qui repartira en disant : merci pour le ramonage mais pour le reste, je peux rien faire. S’il y a une chose sur laquelle Bion semble à peu près clair, c’est pourtant bien quand il dit que nous faillons toujours à utiliser notre appareil psychique, celui-ci se définissant comme une fonction de l’organisme beaucoup trop récente et sous-développée pour qu’on puisse en faire quoi que ce soit qui vaille la peine de se torcher le cul avec. 


On me dit parfois que je réfléchi…

Derniers articles

Pensées d'ailleurs (2015) de Millar Gaichel

Le Livre Rouge de Carl Gustav Jung