L'ordre du discours (1970) de Michel Foucault




« L’ordre du discours », c’est marrant, c’est le nom que Foucault donne à l’introduction de sa leçon inaugurale au Collège de France en 1970. Il va faire là un truc qui ressemble à une mise en abîme : dans son discours, causer de ce que c’est que le discours, et pourquoi c’est pas innocent comme on y croit. Quand on est en manque de sujet d’étude pour causer intellectuel, il faut chercher l’inspiration là où elle se cache.


Pour donner du piquant à son sujet, Foucault nous dit que le discours n’est jamais si libre qu’on veut bien le faire croire. Un peu comme moi quand j’écris cette chiée dans l’écart réservé sur Blogspot. Même si on essaie de varier, on se rendra bien compte qu’il y a des murs un peu partout. Et pourtant, c’est pas qu’on n’essaie pas de les casser, mais au bout d’un moment ça fatigue, on se dit qu’il vaut mieux pas trop tirer sur la corde et même à les casser une fois, les murs, si on veut recommencer on se rend compte qu’on entre à notre tour dans l’ère de la technique, et on a honte. Entre nous, on appelle « commentaire » ce qui se publie sur Blogspot en guise de récapitulatif de lecture. C’est marrant encore, Foucault parle justement du commentaire dans son discours comme étant une des modalités internes du contrôle du discours. Avait-il prévu que je parlerais de lui de la sorte ? Sans doute pas, il est trop malin pour ça.



« Le commentaire conjure le hasard du discours en lui faisant la part : il permet bien de dire autre chose que le texte même, mais à condition que ce soit ce texte même qui soit dit et en quelque sorte accompli. La multiplicité ouverte, l'aléa sont transférés, par le principe du commentaire, de ce qui risquerait d'être dit, sur le nombre, la forme, le masque, la circonstance de la répétition. Le nouveau n'est pas dans ce qui est dit, mais dans l'événement de son retour. » 


Autant dire qu’il faudrait s’arrêter de causer aussi sec avec Foucault, sauf à faire ce qu’il fait, toujours réinterroger les machins qu’on se croit sûrs, mais bon on a changé d’époque. C’est peut-être le fait d’avoir pas connu les années 70 mais il était sans doute bien salutaire en ce temps-là de remuer les paquets de merde figée pour les interroger sur leur nature existentielle dans leur vie antérieure. Maintenant, je sais pas trop à quoi ça servirait, reste-t-il encore des choses qui peuvent être creusées, raclées, perforées, défenestrées ? On se la joue carte du pessimisme. 


Et pourtant, Foucault fait bien genre qu’il ne déconnait pas. Il était tellement sérieux qu’il a établi un programme qu’en détails, il ne s’emmerda pas à suivre strictement. C’est déjà là un bon signe de jugeotte. Voici donc les grandes lignes de son projet général :
-      Remettre en question notre volonté de vérité.
-      Restituer au discours son caractère d’événement.
-      Lever la souveraineté du signifiant.


On n’y comprend rien, mais c’est le but. Et ce qui accompagne les objectifs, quatre exigences de méthode :
-      Principe de renversement : "là où, selon la tradition, on croit reconnaître la source des discours, le principe de leur foisonnement et de leur continuité, dans ces figures qui semblent jouer un rôle positif, comme celle de l'auteur, de la discipline, de la volonté de vérité, il faut plutôt reconnaître le jeu négatif d'une découpe et d'une raréfaction du discours."
-      Principe de discontinuité : "Les discours doivent être traités comme des pratiques discontinues, qui se croisent, se jouxtent parfois, mais aussi bien s'ignorent ou s'excluent. »
-      Principe de spécificité : "Il faut concevoir le discours comme une violence que nous faisons aux choses, en tout cas comme une pratique que nous leur opposons ; et c'est dans cette pratique que les événements du discours trouvent le principe de leur régularité."
-      Principe d’extériorité : "Ne pas aller du discours vers son noyau intérieur et caché, vers le cœur d'une pensée ou d'une signification qui se manifesteraient en lui ; mais, à partir du discours lui-même, de son apparition et de sa régularité, aller vers ses conditions externes de possibilité, vers ce qui donne lieu à la série aléatoire de ces événements et qui en fixe les bornes."


C’est plutôt cool l’idée de faire du discours un événement. C’est ce qu’a réalisé Foucault et j’imagine que ça ne pouvait l’être qu’une fois. Bravo à lui d’avoir créé ce qui, du même coup, était voué à ne plus pouvoir être répété. C’est là le copyright ultime.


Ce qui est certain à propos du discours, si on n’en sait rien d’autre des jeux de pouvoir et de savoir qu’il engrange, c’est que ça reste une lutte éternelle, un truc qui permet de mesurer le calibrage de ceux qui en ont une, alors que souvent, ceux qui écoutent, justement, n’écoutent pas. O triste ironie du sort.