dimanche 27 décembre 2015

Women (1978) de Charles Bukowski


Imaginez la version féminine de Bukowski : une vieillissante de cinquante piges, le ventre qui dégouline au-dessus d'une vieille culotte dégueulasse, des mamelles flasques, l'oeil vitreux, les cheveux filasses et l'haleine à gerber. le teint couperosé par l'alcool, elle emmerde télé shopping et les programmes minceur de Femme Actuelle. Elle ne prépare pas la soupe, ne récure pas le sol ni rien d'autre parce que sa seule activité pseudo-lucrative c'est l'écriture de poèmes. Imaginez une vieille dégueulasse dans son genre et posez-vous la question : baise-t-elle ? Si elle est mariée y a peut-être une chance, à condition que le mari soit aussi dépourvu de charme qu'elle et qu'il ne puisse pas se faire la voisine. Sinon c'est pas gagné. Quant à savoir si elle baise des gamins de trente ans de moins qu'elle minimum, c'est exclu, à moins de jouir de la popularité et des phynances d'une Claire Chazal


Donc moi, quand j'ai lu ces histoires de Women, je me suis plutôt vue du côté des gamines qui se font embrocher par le vieux Buko sachant qu'au-delà de trente ans (trente-deux, on va être gentille), toute femme qui n'est ni mère ni épouse –c'est-à-dire qui n'est pas encore morte- connaîtra une agonie encore plus épouvantable. Plus baisable, bonne à rien, aimée de personne, elle pourrait écrire des poèmes comme le bon vieux Buko mais personne ne les lirait. 


Ouais, il a sacrément de la chance ce bon vieux Buko. Bien sûr, tout ce qu'il écrit ne doit pas être tout à fait vrai. Il suffit de relire la première phrase : « J'avais cinquante ans et n'avais pas couché avec une femme depuis quatre ans », et du jour au lendemain il se tape la terre entière. Certes, il avait les crocs mais enfin, on rigole bien entre nous pas vrai ? Mais quand même, tout n'est certainement pas faux non plus et c'est vrai que les vieux ont plus de facilité que les vieilles pour lever de la viande fraîche. C'est pour ça que nous, femmes, sommes appelées « le sexe faible ». C'est pas qu'on gagne moins de fric, qu'on nettoie les toilettes et qu'on fait des gosses, non, c'est qu'on doit surveiller notre consommation de bière pour pas avoir un gros ventre plein de graisse alors que même si notre silhouette nous permet encore de passer entre les barreaux d'une porte de prison à cinquante ans, c'est pas dit qu'on lèvera le premier gosse passé à portée de main. 


Bon, voilà, et pourquoi j'aime Bukowski ? Parce qu'il a une philosophie de vie simple contre laquelle aucun NietzscheSpinoza et Wittgenstein ne peut rivaliser (et pourtant, je les estime ces braves reclus de la vie). Il s'agit d'éviter tout ce qui ne permet pas de rester au lit toute la journée en picolant. A part ça, Bukowski apprécie la lecture et l'écriture. Ça fait noble de nos jours mais y a quarante ans peut-être, ces activités n'étaient pas encore devenues le signe de distinction d'une élite qui n'est en fait qu'évitement de la médiocrité. 


C'est mon amoureux qui m'a chaudement recommandé ce livre, averti certainement de ses vertus aphrodisiaques et de ses incitations à la débauche éthylique. J'étais pourtant convaincue mais enfin, c'est toujours bon de le rappeler. C'est ça la vraie vie les gars et, pas plus tard que dimanche matin, alors que j'étais à la laverie de la Guillotière et que j'attendais la fin de ma machine, je relevais dans la Bible ces passages : « Enivrons-nous des vins exquis et parfumons-nous » (Sag, 2, 5), « Combien sont belles tes mamelles, ma soeur, mon épouse ! tes seins sont plus beaux que le vin… » (Cant, 4, 10) ou encore un beau programme : « Dès le matin, levons-nous pour aller dans les vignes […] : là je t'offrirai mes seins… » (Cant, 7, 11-13). Bukowski le bon apôtre ne dit rien d'autre et si le message de la Bible vous semble un peu obscur, essayez donc de lire de ces Women, vous percuterez enfin le vrai sens de la vie. 

1 commentaire:

  1. Une lecture féministe de « Women » de Bukowski ! J’ai bien aimé ce livre, c’est pas un livre culte pour rien, et comme vous dites il y a du philosophe chez Bukowski. Mais Bukowski avait une sacrée personnalité, je ne suis pas sûr que tous les types de « cinquante piges » munis d’une « vieille culotte dégueulasse » rencontrent le même succès que lui…

    RépondreSupprimer