jeudi 20 août 2015

Le Suicide français (2014) d'Eric Zemmour





Eric Zemmour nous emmerde, c’est bien normal. Il fait le bouffon à la télé, il dorlote son image de marque qu’il essaie de doper à l’anticonformisme et au politiquement incorrect, il se pare de colifichets médiatiques qui finissent par le prendre à son propre piège, dissimulant parfois la pertinence de quelques considérations noyées dans le fatras vaniteux du reste. Il se fait peut-être quelques potes mais il se fait surtout une bonne lignée d’ennemis qui n’accepteront plus jamais de l’écouter, même s’il vire sa cuti. 


On ne va donc pas se préoccuper des incursions futiles du Zemmour-médiatique dans ce livre qui mérite lecture et réflexion. Avant tout, il faut se mettre d’accord sur les quelques axiomes zemmouriens de base : le bonhomme vénère le général de Gaulle, il est francophile et il aime, d’une manière générale, tout ce qui le ramène à la société traditionnelle française avec, en tête, le couple traditionnel, la croissance économique et la spécificité culturelle française qui découle d’un long passé chrétien. 


Laissons de côté nos convictions personnelles et admettons celles de Zemmour, le temps de la lecture (vous n’allez pas disparaître pour autant, et la société ne va pas se nazifier aussitôt, on vous rassure. En revanche, reconnaître ainsi la diversité des opinions est un bon exercice de pacifisme). Les données factuelles avancées par l’auteur sont incontestables : si elles semblent parfois biaisées, c’est parce que Zemmour fait intervenir son opinion plus souvent qu’à son tour mais comme on en est averti, on saura faire le discernement entre les faits bruts et la présentation qui en est livrée. La collection de ces données tend à démasquer l’hypocrisie étatique et le retrait lent et insidieux de la démocratie, qui se dérobe face aux injonctions libertaires et libérales d’une Union Européenne dogmatique, incohérente, sans représentants, soumise aux Etats-Unis. Si Zemmour hurle si souvent pour clamer au prestige de la France, n’est-ce pas parce qu’il craint de voir toutes les spécificités culturelles se dissoudre derrière l’étendard européen ? Zemmour se sent français et a envie de dire qu’il aime son pays. Il n’empêche personne de clamer son amour pour son propre pays. On se rend compte alors, un peu gêné, que jusqu’à présent nous avions toujours pensé qu’il était mal d’aimer son pays. Quelle est l’origine de cette pudeur ? Qui nous a appris à avoir honte et à détester notre pays ? Est-ce plus ou moins sain que de l’aimer ? Zemmour nous rappelle que charité bien ordonnée commence par soi-même et remarque que la « haine de soi […] tétanise le peuple et le tient coi, silencieux et passif ». Pour qu’on se joue mieux de lui, dans les hautes sphères éthérées de la finance et de la politique. On peut aussi rappeler les réflexions de C. G. Jung dans Présent et avenir :


« Moins nous comprenons ce que nos pères et nos aïeux ont cherché, moins nous nous comprenons nous-mêmes et nous contribuons de toutes nos forces à dépouiller l’individu de ses instincts et de ses racines, si bien que devenu particule dans la masse, il n’obéit plus qu’à l’ « esprit de pesanteur ». »


Les détracteurs de Zemmour, et ceux qui le connaissent mal (je faisais partie de cette catégorie avant de commencer ma lecture) devraient se donner le temps de lire le Suicide français. Les raccourcis médiatiques disparaissant, on découvre une pensée plus subtile que prévue, sans être non plus géniale tout le temps, il faut bien le reconnaître. Mais un auteur qui cite et réfléchit par le prisme de personnages tels que Phillipe Muray ou Pierre Bourdieu ne peut pas être foncièrement et totalement pourri. Ainsi, on pourrait dire de Zemmour ce qu’il écrit à propos d’Alain Michel (auteur de « Vichy et la Shoah ») : « Il ose aller au-delà de l’émotion et de la condamnation légitimes, pour creuser les contradictions [du] pouvoir […] et distinguer entre morale et efficacité politique, qui ne vont pas forcément de pair. Il glisse de la complexité dans une histoire qui appelle le manichéisme […]».


Si on prend encore un peu de recul sur ce qu’a écrit Zemmour, on remarquera que son livre n’est finalement rien d’autre que le témoin de la fin d’une ère dont la transition se révèle par « la revanche des oligarques sur le peuple, de l'internationalisme sur la nation, des nouveaux féodaux sur l'Etat, des Girondins sur les Jacobins, des juges sur la loi, de la féminité sur la virilité ». Zemmour pense qu’il faut lutter contre ce renversement des valeurs. Il semble terrorisé par le changement et considère les événements à court et moyen terme. Il ne voit que les conséquences néfastes immédiates et n’imagine pas que l’on soit parfois obligé de traverser des périodes tumultueuses pour obtenir quelque chose de différent. Il ne propose pas d’autre solution que celle de revenir aux méthodes d’un passé qui a fait son temps et si on ne devait faire qu’un reproche à Zemmour, ce serait bien celui-ci. 




Julie Blackmon, Rooster, 2007



« [Yves Boisset] a voulu dénoncer avec force le rejet de l’Arabe, de l’autre ; il a révélé la haine de la bourgeoisie pour le prolétariat ; il a accusé la haine de race et a révélé sa haine de classe. Il a voulu exhumer la xénophobie française et a mis au jour la prolophobie des élites parisiennes. »


« Un décret de 1976 suspend le regroupement familial ; le marché du travail (et le chômage) est la raison (prétexte) invoquée de cette suspension ; mais le décret est déclaré illégal par le Conseil d’Etat. […]
Barre s’incline ; mais ne renonce pas. En 1978 il instaure une « aide au retour », un chèque de 10 000 francs pour tous les étrangers qui souhaitent repartir avec leurs familles. […]
Cette séquence montre les atermoiements, l’amateurisme, les arrière-pensées et la mauvaise conscience des élites françaises. »



« Les esprits les plus fins ont deviné alors que les revendications hédonistes, individualistes, émancipatrices, progressistes, au nom de la Liberté, servirons toujours in fine la puissance du marché, de l’argent, du « business ». Les libéraux et les libertaires étaient bien frères ennemis mais jumeaux, deux faces d’une même pièce. Ils grandiraient et domineraient ensemble. »


« Au nom de la liberté, on a favorisé l’instauration d’une société « totalitaire », c’est-à-dire qui prend en charge l’existence « totale » de chaque individu, privé et public mêlés […]. »


« L’idéologie de la mondialisation, antiraciste et multiculturaliste, sera au XXIe siècle ce que le nationalisme fut au XIXe siècle et le totalitarisme au XXe siècle, un progressisme messianique fauteur de guerres ; on aura transféré la guerre entre nations à la guerre à l’intérieur des nations. »

1 commentaire:

  1. J’aime bien Zemmour. Je le trouve cultivé et éloquent. J’ai un peu feuilleté le livre en question, et il m’a semblé bien documenté, convainquant. Dans l’ensemble, je partage votre avis : Zemmour est bon pour poser le diagnostic, c’est un « témoin » comme vous dites, mais il ne propose pas vraiment de solutions, il manque d’imagination pour construire l’avenir.

    RépondreSupprimer