Les Aveux (397) de Saint Augustin, traduction de Frédéric Boyer





« Je cherchais d’où vient le mal. Je cherchais mal. Je ne voyais pas que le mal était dans mon investigation même. »



« Prisonnier, j’aurais mimé une liberté mutilée en transgressant délibérément un interdit, sombre parodie de toute-puissance. »



« Ce ne sont pas leurs images que j’ai cachées dans ma mémoire mais les choses elles-mêmes. Comment ont-elles fait pour entrer en moi ? […] Je n’ai pas appris ces choses en me fiant à un autre cœur. C’est dans mon propre cœur que je les ai reconnues et que j’ai fait la démonstration de leur vérité. Je les ai confiées à mon cœur en dépôt. […] Donc elles étaient déjà dans mon cœur alors que je ne les avais toujours pas apprises, mais sans être encore dans ma mémoire. Mais alors d’où viennent-elles ? et pourquoi à leur simple énoncé, ai-je immédiatement acquiescé et dit : c’est bien ça, c’est vrai ? Est-ce parce qu’elles étaient déjà dans ma mémoire, mais enfouies si loin, si profondément, comme dans des crevasses ultrasecrètes, que je n’aurais peut-être pas pu les penser si quelqu’un ne m’avait pas engagé à les en extirper ? »


Commentaires

  1. Saint Augustin, j’ai toujours été rebuté par son style un peu trop « expansif ». Mais c’est une des grandes consciences de l’Occident, les extraits que vous citez (la conversion) sont célèbres. Aucun penseur n’a eu une influence aussi grande. Et vous en parlez bien, ça me donne envie de m’y remettre. Par contre, je suis très réservé sur la démarche du traducteur (traduire « comme si ces textes avaient été écrits la veille »). En cette période de trouble et de confusion des valeurs, il me semble qu’il est au contraire capital de bien resituer les œuvres dans leur contexte d’origine. Sinon on aboutit à une bouillie indifférenciée, plus rien n’a de sens.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai trouvé cette traduction très bonne. Sauf le titre qui aurait pu être conservé à l'état original pour en restituer toute la valeur étymologique, c'est vrai.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire