mardi 17 mars 2015

Wake up America – Tome 1 : 1940-1960 (2013) de Nate Powell


La lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis dans les années 1950 nous est essentiellement connue par le biais du combat de Martin Luther King et par la résistance de Rosa Parks. On oublie trop souvent que cette longue lutte a engagé une énorme quantité d’hommes et de femmes qui, dans la lignée de Martin Luther King, ont réussi à développer une forme de manifestation non-violente empruntant beaucoup à Gandhi.


Nate Powell a choisi de revenir sur le parcours de John Lewis, sénateur noir élu à la Chambre des Représentants depuis 1986, sans doute parce qu’il le connaît bien et entretient avec lui une relation de proximité qui lui permet de construire sa rétrospective sur une source authentique et de qualité. 


Dans ce premier volume, Nate Powell retrace le parcours de John Lewis des années 1940 aux années 1960. On y découvre le choc de la confrontation à la réalité brute et moderne de certaines villes américaines –ici, ce sera la ville de Nashville. John Lewis a passé son enfance au fin fond de la campagne de l’Alabama et lorsqu’il la quitte pour poursuivre des études dans l’enseignement supérieur, il est choqué de découvrir la gravité d’une ségrégation qui semble ne jamais devoir être remise en question. Son modèle, c’est Martin Luther King et le gospel social : et si les injonctions de la Bible permettaient d’entrer dans une nouvelle ère politique ? Le Nashvill Student Movement est lancé. Les entraînements sont focalisés sur la résistance à la violence :


« Lawson nous apprit à nous protéger. A désarmer nos assaillants en faisant appel à leur humanité. A nous protéger les uns les autres. A survivre. Mais le plus dur à apprendre… à sincèrement comprendre, au plus profond de soi, était de réussir à éprouver de l’amour pour ceux qui nous attaquaient. »


A la suite de cela, les membres du mouvement commencèrent leurs premiers sit-in non-violents dans des magasins. Les noirs ne devaient jamais être servis au comptoir : les noirs outrepasseront la consigne et demanderont à manger, quittant d’abord les lieux sans protester puis occupant les sièges de plus en plus longtemps, à mesure que le nombre de manifestants silencieux augmentera. La force du dessin soutient ici la puissance hautement perturbatrice de ces occupations pacifiques : le propriétaire du magasin qui, en refusant de servir les noirs, soutient indirectement la ségrégation, est renvoyé de plein fouet à sa propre violence. Il devient le propre spectateur de son injustice, et tout cela se passe au-delà des mots et des discours classiques. 


Le succès du mouvement aboutira à la création du Student Nonviolent Coordinating Committee (SNCC) et à la victoire du 10 mai 1960, date à laquelle 6 grands magasins de Nashville servirent à manger, pour la première fois dans l’histoire de la ville, à des clients noirs. La réussite témoigne elle-même de l’aberration de la situation qu’elle révoque. 


La suite des événements est vivement attendue au prochain épisode. 



Citation :
Je n’oublierai jamais ma mère me lisant les premiers mots ce livre… “Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre.” A cinq ans, je lisais tout seul, et une phrase me frappe tout particulièrement, bien qu’à l’époque, je ne pouvais pas en comprendre toute la portée…
« Voici l’agneau de Dieu qui enlève le péché du monde. »
Je me mis à prêcher à mes poulets à peu près chaque soir. Je les rassemblais tous dans le poulailler et je les installais sur leurs perchoirs. Ils s’asseyaient en silence. Ils inclinaient la tête, ils opinaient, mais ils ne disaient jamais « Amen ».


Quel est le rapport ? peut-être celui-ci...


Citation :
Lawson nous apprit à nous protéger. A désarmer nos assaillants en faisant appel à leur humanité. A nous protéger les uns les autres. A survivre. Mais le plus dur à apprendre… à sincèrement comprendre, au plus profond de soi, était de réussir à éprouver de l’amour pour ceux qui nous attaquaient.


Citation :
Quatre-vingt-deux d’entre nous ont fini en prison ce jour-là. La police ne demandait pas mieux que de se débarrasser de nous, alors la caution est passée de 100 à 5 dollars. Mais cela ne changea rien. Nous n’allions pas coopérer de quelque façon que ce soit avec le système qui autorisait la discrimination contre laquelle nous luttions. Les autorités de Nashville ne mirent pas longtemps à comprendre qu’il était impossible de nous forcer à payer notre sortir. Vers 23H00, nous avons tous été relâchés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire