vendredi 17 octobre 2014

Octobre noir (2011) de Didier Daeninckx et Mako, préface de Benjamin Stora


Nous pouvons fêter des morts tous les jours… Le 17 octobre 1961, plusieurs milliers de manifestants algériens sont arrêtés à Paris. De nombreux d’entre eux sont blessés et quelques centaines meurent, certains jetés dans la Seine. Ce n’est pas une histoire dont on parle souvent.


Didier Daeninckx ne peut pas oublier les émotions vives qu’il a ressenties lorsqu’il était enfant de banlieue et qu’il était témoin, parfois, des affrontements entre immigrés et forces policières. Pourtant, il ne découvre l’histoire de l’octobre 1961 qu’à l’occasion de la rédaction de son livre « Delphine pour mémoire », qu’il compte dédier à l’évènement Charonne qui s’est déroulé dans le métro parisien le 8 février 1962. Puisque, pour comprendre, il faut toujours remonter dans le passé, Didier Daeninckx se consacre ici à raviver la mémoire d’octobre 1961. En empruntant le point de vue des immigrés algériens à travers l’histoire d’une petite famille, il rend légitimité et honneur à leur démarche de protestation pacifique pour conjurer la mauvaise opinion véhiculée à l’époque par des quotidiens nationaux tels que « Le Monde » ou « France soir ». Rien de simpliste pour autant : dans le monde étriqué et sombre des travailleurs algériens et de leurs familles, la rupture générationnelle se consomme déjà face aux promesses de la société de l’entertainment. Comment ne pas oublier d’où on vient ?


Une autre raison qui a peut-être motivé l’incompréhension de l’opinion à l’égard de ces manifestants est la vision morcelée des faits. A-t-on véritablement pu oublier le communiqué que Maurice Papon, préfet de police de Paris, avait publié 15 jours plus tôt ? Il publiait : « il est conseillé de la façon la plus pressante aux travailleurs algériens de s’abstenir de circuler la nuit dans les rues de Paris et de la banlieue parisienne de 20h30 à 5h30 du matin ». Il est également « très vivement recommandé de circuler isolément, les petits groupes risquant de paraître suspects aux rondes et patrouilles de police. » Enfin, « les débits de boissons tenus et fréquentés par des Français musulmans doivent fermer chaque jour à 19 heures ».


Daeninckx et Mako ravivent l’événement du 17 octobre 1961 dans l’obscurité d’un contexte fait de peur et d’humiliation. La préface de Benjamin Stora complète leur point de vue en apportant les informations nécessaires à une compréhension plus globale. Il nuance également les faits en évitant de tomber dans l’écueil inverse –heureusement jamais suggéré- qui consisterait à louer unanimement la démarche de ces immigrés algériens, en l’opposant brutalement à la répression des forces policières françaises. Il rappelle ainsi le contexte politique général du pays, à la veille de la signature des accords d’Evian, et évoque la peur légitime qui a pu s’emparer de la population en voyant des milliers de personnes défiler dans les grandes rues parisiennes. 


Octobre 1961 ne cherche à juger personne. Daeninckx et Mako justifient le désespoir des immigrés algériens, Benjamin Stora rappelle l’instabilité française, mais tous soulignent le pouvoir destructeur de l’ignorance. 


Citation :
Mes frères, la fédération de France du FLN a décidé d’une manifestation pour protester contre le couvre-feu. C’est pour demain. Il me faut obtenir l’annulation de ce couvre-feu raciste imposé aux algériens de la région parisienne par la préfecture de police. Notre point de ralliement, c’est le boulevard Bonne-Nouvelle, en face du cinéma le Rex. Personne ne doit manquer à l’appel.


Première page :


Agrandir cette image



La répression vue de près :


Agrandir cette image


Citation :
Encore un crépu qui y est passé… Regarde dans ses fouilles s’il a des papiers…
Oh merde… Il s’appelle Chevalier… Guy Chevalier… C’est un français…


Déjà, on aimerait oublier, passer à autre chose...


Agrandir cette image

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire