vendredi 25 juillet 2014

Cioran – Ejaculations mystiques (2011) de Stéphane BARSACQ







Un livre qui ne dit rien sur Emil Cioran. Pire que ça : un livre qui veut nous amener à croire que l’on connaît Emil Cioran alors qu’il faudrait appliquer à cet auteur la maxime socratique suivante : la seule chose que l’on peut savoir à son sujet, c’est que l’on ne sait rien. Le risque ? S’imprégner de quelques-unes de ses péripéties biographiques –enfance rurale en Roumanie, études et engagement politique, désillusion et exil- et croire que le bonhomme figure enfin derrière une apparence cohérente. 


Ecrire un essai biographique sur Emil Cioran est forcément une affaire ratée d’avance. Stéphane Barsacq, plutôt talentueux, échoue à moitié. Lecteur apparemment avide et avisé de l’exilé, il aurait pu se contenter de ce conseil de lecture à l’usage des rétifs :


« Ceux qui lisent Cioran avec gravité en ratent l’essentiel : il ne propose pas des idées. Il vise une expérience, et fait état de la sienne, avec une frénésie continue. Peu de littérature moins intellectuelle que la sienne, car partout, il dresse la carte de ses humeurs et de ses désirs. Il se contredit ? Non. Il va de nuance en nuance. »


Et comme la littérature est une affaire d’hommes plus qu’elle n’est l’affaire d’un homme, Stéphane Barsacq nous permet également de relier Cioran à ses influences formatrices dostoïevskiennes et pascaliennes, ainsi qu’avec ses ressemblances ou dissonances contemporaines. 


« Plus il écrit, plus il fragmente ; plus il excelle, plus il est court. »


La perversité d’Emil Cioran ? Ramener la quintessence de la littérature à son minimalisme. Après lui, le risque majeur devient le suivant : ne plus apprécier ce qui ne tient pas en une ligne.


Barsacq aime vraiment Cioran -c'est ce qui le sauve : 

Citation :
« Chaque phrase est ciselée. On sent l’art. Cioran pense en artiste. La pointe est le péché de celui qui veut plaire. Mais ce ne sont pas que des artifices : quelque chose appuie, comme une trouée dans le sens des choses. »


Une explication de la vénération de Cioran vis-à-vis de son enfance ?

Citation :
« Qui pourra dire si, dans les souvenirs d’enfance, ce qu’on préfère, ce n’est pas soi, tel qu’on aurait pu exister, si seulement le temps n’avait pas été si rapide ? On s’y voit tel qu’on se rêve, dans l’absence d’un devenir fatal, soustrait à la marche du temps qui broie tout. »


Lorsque Barsacq rivalise (exceptionnellement) avec Cioran : 

Citation :
« […] L’indulgence est d’abord une affaire de désillusions. »


*dessin de John Kenn Mortensen

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire