mercredi 30 avril 2014

Le gardeur de troupeaux d’Alberto Caeiro et Poésies d’Alvaro de Campos (1946) de Fernando Pessoa






Alberto Caeiro garde les troupeaux mais ne garde pas les mots auxquels il accorde une liberté mélodique indéfinissable, qui s’écarte de la simple prose poétique par le rythme saccadé qu’il impose à ses rêveries pragmatiques. Basculant sans cesse entre panthéisme et froide vision rationnelle des phénomènes poétiques de l’existence, les mots desservent sa sensibilité mais permettent d’accéder à un paysage intérieur infini. Entre exaltation céleste et brusque chute terrestre, Alberto Caiero se sent menacé par une tragédie intérieure qui ne surviendra peut-être jamais. Alberto Caeiro, attaché à une terre et aux sensations qu’elle lui procure, se force à rester intègre et à balayer les velléités poétiques qui menacent de le faire plonger dans la folie sensible.

« Nous avons tous deux vies :
la vraie, celle que nous avons rêvée dans notre enfance, et que nous continuons à rêver, adultes, sur un fond de brouillard ;
la fausse, celle que nous vivons dans nos rapports avec les autres,
qui est la pratique, l'utile,
celle où l'on finit par nous mettre au cercueil. »



Alvaro de Campos garde les poésies d’Alberto Caeiro. Pendant ce temps, il compose d’autres poèmes. On peut leur trouver une affiliation directe : lorsque le premier maîtrisait sans cesse ses penchants destructeurs pour les convertir en une vision unifiée et indifférente de l’univers, le second convertit cette même unité en un désespoir intérieur qui dépasse les limites de son être. On croirait entendre hurler Emil Cioran : « Ah ! comment renverser un jour cet univers dans un frémissement universel ! » -et la même ironie lucide, le même désabusement amusé, ponctuent ces poésies et les rendent à leur juste place, à la valeur de rien.

« Moi qui, véloce, vorace, glouton de l’énergie abstraite,
Voudrais manger, boire, égratigner et écorcher le monde,
Moi à qui suffirait de fouler l’univers aux pieds,
De le fouler, le fouler, le fouler jusqu’à l’insensibilité…
Je sens, moi, que tout ce que j’ai désiré est resté en deçà de mon imagination,
Que tout s’est dérobé à moi, bien que j’aie tout désiré. »



Le rythme encore rend la parole abrupte et directe, rendant presque suffocante la lecture de quelques poèmes-fleuves au titre desquels il faut relever un « Bureau de tabac » aux faux airs inoffensifs. 


Qui garde ces deux grands poètes ? Fernando Pessoa, à peine cité dans une note en astérisque, surveille discrètement ces hommes déchaînés, d’une vigueur au moins synesthésique et sensuelle, si  elle ne parvient pas totalement à être physique. Fernando Pessoa n’est pas grand-chose lui non plus, mais comme Alberto Caeiro et Alvaro de Campos, il sait qu’il peut être beaucoup plus –et son silence modeste fait surgir la puissance de cette synergie d’âmes qui cohabitent en lui.

Lire "Le Bureau de tabac"





Le Gardeur de troupeaux

« j'entends passer le vent,
et je trouve que rien que pour entendre passer le vent, il vaut la peine d'être né. »




Poèmes désassemblés

« Si les choses étaient différentes, elles seraient différentes, voilà tout.
Si les choses étaient selon ton cœur, elles seraient selon ton cœur.
Malheur à toi et à tous ceux qui passent leur existence
A vouloir inventer la machine à faire du bonheur ! »

« Le type qui prêche ses vérités à lui
Est encore venu hier me parler.
Il m’a parlé de la souffrance des classes laborieuses
(non des êtres qui souffrent, tout bien compté les vrais souffrants).
Il parla de l’injustice qui fait que les uns ont de l’argent,
Ou faim du dessert d’autrui, je ne saurais dire,
Il parla de tout ce qui pouvait le mettre en colère.

Comme il doit être heureux, celui qui peut penser au malheur des autres !
Et combien stupide, s’il ignore que le malheur des autres n’est qu’à eux,
Et ne se guérit pas du dehors […].

Le fait de l’injustice est comme le fait de la mort.
Pour moi, je ne ferais pas un pas afin de modifier
Ce qu’on appelle l’injustice du monde.
Mille pas que je ferais à cet effet,
Cela ne ferait que mille pas de plus.
J’accepte l’injustice comme j’accepte qu’une pierre ne soit pas ronde […].

J’ai coupé l’orange en deux, et les deux parties ne pouvaient être égales ;
Pour laquelle ai-je été injuste –moi qui vais les manger toutes les deux ? »






Poésies d'Alvaro de Campos


« J’ai tout vu, et de tout je me suis émerveillé,
Mais ce tout ou bien fut en excès ou bien ne suffit pas, je ne saurais le dire –et j’ai souffert.
J’ai vécu toutes les émotions, toutes les pensées, tous les gestes,
Et il m’en est resté une tristesse comme si j’avais voulu les vivre sans y parvenir.
J’ai aimé et haï comme tout le monde,
Mais pour tout le monde cela a été normal et instinctif,
Et pour moi ce fut toujours l’exception, le choc, la soupape, le spasme. »



Poésies d'Alvaro de Campos

« Moi qui, véloce, vorace, glouton de l’énergie abstraite,
Voudrais manger, boire, égratigner et écorcher le monde,
Moi à qui suffirait de fouler l’univers aux pieds,
De le fouler, le fouler, le fouler jusqu’à l’insensibilité…
Je sens, moi, que tout ce que j’ai désiré est resté en deçà de mon imagination,
Que tout s’est dérobé à moi, bien que j’aie tout désiré. »



*peintures d'Andrew Wyeth

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire